Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2008 4 12 /06 /juin /2008 15:15
Actuellement exposée dans les salles du  musée d'Orsay, cette huile sur toile de Maurice de Vlaminck fait partie de la collection Kaganovitch.
On y reconnait la touche épaisse et rapide du peintre...






                     
                            Nature morte 1910
                            54,5x64,5cm






Sur un coin de table au bois rustique glisse un pan de tissu bigarré où, tout au bord, repose en équilibre un plateau aux oranges et raisins rouges. Un peu en retrait, dans un vase bleu de Prusse jaillit un feuillage dense parsemé de fleurettes à peine écloses. Ce meuble aux pieds tronqués semble flotter dans l'intensité d'un espace défini par de larges touches épaisses vertes et bleues. Et sur ce fond, en haut de la toile, se détache un fragment de cadre. S'agit-il d'un coin de tableau à l'intérieur d'une peinture, d'un miroir reflétant le plan de la table ou tout simplement un bord de fenêtre sur l'extérieur ?

Cette composition audacieuse correspond à sa période d'influence Cézanienne marquée d'exigence pour la structuration des plans sectionnés. Ici les angles d'observation divergent : vue plongeante vers le récipient de fruits sur la table, frontalité du vase, perspective en biais sur le cadre confère à cette oeuvre une vision chaotique étonnante.

Si Vlaminck dans la présente nature morte affadit les couleurs éclatantes du fauvisme pour se rapprocher du bleu de Van Gogh et de la palette ocrée de Cézanne, cet univers où tout bascule laisse cependant transparaitre le tempérament fougueux de l'artiste anarchiste.


Partager cet article
Repost0

commentaires