Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 13:08

                    « Ce qui m’intéresse le plus, ce n’est ni la nature morte, ni le paysage, c’est la
 
                        figure. C’est elle qui me permet le mieux d’exprimer le sentiment pour ainsi

                                                                                        dire religieux que je possède de la vie. »

                                                                   Henri Matisse. La Grande Revue, 25 décembre 1908






Secret, inquiétude mais aussi espoir ou passion, la contemplation des visages nous plonge souvent dans l’incertitude.
Valérie Fonta sollicite pour nous le visage humain dévoilant ainsi son insondable mystère.
Les couleurs, les traits du dessin cernent les apparences et nous aide à retrouver l’espace d’un instant un regard bienveillant et pourquoi pas une exacte ressemblance.
Riche d’une longue tradition, la référence au modèle n’a pourtant pas la préférence de l’artiste. L’énigme de la personnalité reste alors intacte. Qui se cache derrière la jeune femme au béret, la femme au chignon ou le jeune homme à la casquette ? Il semble que la représentation d’un visage soit davantage le fruit d’une interprétation que d’une imitation littérale. Il faut alors savoir interroger puis comprendre une figure avant de la représenter. Et comment bien le faire sinon en y apportant beaucoup d’affection. Avec pudeur et sobriété, Valérie Fonta défie l’expression même de la vie, figure la sensation d’un être qui vit et qui pense.


Isabelle Vazelle
  Janvier 2012

Partager cet article
Repost0

commentaires